LE FORUM VA SUBIR DE GRANDES MODIFICATIONS DANS LES TEMPS A VENIR ! <3
Allez vite vous recenser dans le panneau d'affichage !
Attention, le forum va changer de peau Smile

Partagez | 
 

 Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 0:22


Azzio F. Di Renzo

NOM(S) :PRÉNOM(S) :
SURNOM :AGE :
NATIONALITÉ :MÉTIER :
POUVOIR(S):PUISSANCE:

your personality
« Entre le fait que je suis un drogué à la cocaïne et le fait que je ne bois pas de sang à sa source, mais par des poches de sang de banque de sang provenant de l'hôpital le plus proche, ou même de trafic de vampire, je ne sais pas ce qui est le plus choquant, le plus troublant, le plus difficile à supporter à chaque instant que je marche dans la rue ou que je lis un livre. Je vis avec ça comme un remède au sang, ce sang qui me dégoute. Je n'ai jamais voulu être ça. Je n'ai jamais voulu vivre ces années. Je voulais être cet homme, timide et seule qui vit tout simplement une vie humaine. Tout ça me fait tenir bon. Mon frère ainé m’a fait tenir bon et mainte fois ma retenue de mourir. J'évite de trop comprendre le monde. J'aime m'envoler dans un monde qui ne m'appartient pas pour oublier toute mes contraintes, toutes faiblesses, toute cette vie qui grouillent autour de moi. Car oui, même si à tout moment je peux tuer, rechuter, faire revivre à chaque instant le vampire assoiffée de sang que je suis, je vis dans la société humaine. Et quand je le fais, Stefano est toujours près de moi, me regardant comme au bon vieux temps où j’acceptais de plein grès ma nature. Mais cette société humaine, j'aime sa compagnie. J'aime la charmer. Je suis un vampire, solitaire qui charme son monde sans se préoccuper de celui-ci. Rare ? Insolite ? Oui. Je suis capricieux de ce monde. Je l'aime. Beaucoup trop. Je suis cet homme qui au fond de lui reste un enfant seule, impatient, joueur. Entre sagesse, douceur, et gentil, je peux me révéler être complètement l'inverse. Hum... Genre, je suis un homme, jaloux, possessif, dur. Parfois sadique et cruel. Je suis tout à la fois. Tout je vous dis. Heureusement je ne suis pas le genre à être lunatique. Je vais rester un moment comme cela, sois l'un, sois l'autre. Je suis beaucoup plus l'un, c'est à dire, doux et attentionné, avec les humains, les protégeant d'éventuelles attaques, attendrissant, et beaucoup plus sur la défense, agressif et colérique avec tout ceux de mon espèces qui me voudrais quoi que ce soit, et même que ça arrive encore avec mon frère, mais ces douces paroles doivent être les seules à me faire baisser ma garde. Je reste cependant calme avant de savoir leurs véritables intentions mais ne penser pas que même s'ils ne me veulent rien du tout, je vais leur faire confiance. Non, du tout. Vous pouvais toujours rêvais. Courrez courrez vous m'attraperez pas ! Je suis incapable de leur faire confiance. Je peux être élu la personne la plus méfiante envers les vampires. Même les plus sceptiques sur ceux-ci peuvent aller se faire voir. Je suis mystérieux. Je garde mon monde, je suis un jardin secret à moi entier. Je n'aime pas parler de moi, du présent, du passé ou même de l'avenir. Je vous dirais toujours de me parlais de vous et éviterais chaque questions. Je préfère évitais, l'art du mensonge chez moi n'est pas vraiment ce qu'on peut appeler d'excellent. Mais qui sais... Pour résumé toute ma personnes, vous pourrais tout de même utiliser les mots : Bizarre et étrange. Je pense que cela suffira ! »

other stuffs
« Je fais un mètre soixante-dix-sept. Une bonne taille, grande pour l’époque dans laquelle je vivais. Une taille ni trop grande, ni trop petite. Parfaite. Je trouve. Quant à mon poids. Je n’ai jamais fait attention à ce genre de choses. Une soixante de kilogramme peut être. Quelques choses dans ces eaux-là. Je me demande combien exactement d’ailleurs. Ma curiosité est attirée pas des choses bien trop futiles. Est-ce si important que cela ? Mes cheveux sont courts, mais on peut dire que j’ai comme même un peu de tignasse sur la tête. De couloir noir comme l’ébène, on peut les comparer aussi à la couleur d’un corbeau. Noir au reflet bleuté. Tout le contraire de ma peau. Aussi blanche que le marbre. Non, j’exagère. C’est une peau, certes pâles, mais légèrement bronzer, haler. Ne vous trompez pas, mes yeux peuvent aussi noires que bleu clair. Je suis ce genre de personne qui à ses yeux changeant de couleurs en même temps que ces humeurs. J’avais déjà cette particularité avant de devenir un vampire. La seule choses, c’est que l’on voit nettement mieux les couleurs. Mon style vestimentaire quant à lui est assez personnalisé. Bien qu’une couleur se retrouve à chaque fois. Le noir. J’aime cette couleur. Elle me tient au corps. Elle est agréable. Je ne saurais pas vraiment vous dire ce que j’aime. Il y a trop de choses que j’aime, et autant que je n’aime pas. Je possède de nombreux tatouages sur le corps. Je suis tatoueur après tout. Et beaucoup d’entre eux recouvrent mes cicatrices. Ces cicatrices qui n’auraient jamais dût s’être sur mon corps. Une grande cicatrice orne un de mes flans. Je la caresse souvent car c’est la seule que je n’ose pas recouvrir. Elle réveil un souvenir précis que je ne veux pas oublier. J’ai une barre entre les deux clavicules, et une à la nuque ainsi qu’à la langue. Les deux seuls piercings que j’ai osaient me faire. »

« Que puis-je vous dire sur moi en dehors du fait que je n'aime pas le sang ? Peut être que je suis bisexuel tien, que j'aime dessiner, tatouer, mon frère. Danser. Ouais je sais, ringard, mais j'adore danser dans mon loft. Je joue de la guitare, du violon et du piano. Humm quoi d'autre. Je porte une chaine autrefois en argent, plongez dans du nickel liquide. Chacun de mes bijoux sont passé par cette étape pour que je puisse les garder. J'écris souvent et ma bibliothèque peut en témoigner. Le nombre de journaux ranger dans celle-ci en résulte de mes dix ans à maintenant... J'en ai bientôt deux milles. J'aime la drogue. Oui. La cocaïne, l'extasy, etc. Toute ces drogues potentiellement dangereuse pour l'homme qui ne fais que m'envoyer en l'air et me faire passer l'envie de toute tentation sanguinaire. Pour un vampire, c'est tellement pratique mais que voulez vous, à un moment il faut bien que je bois ce que je hais pas dessus tout, je retarde juste l'échéance. J'aime marcher seul, dans les forêts avoisinante. J'aime regarder les étoiles. Le soleil et sa chaleur me manque, mais en plus d'un millénaire, je me suis habitué. »

about you
PSEUDO : Azazel
PRÉNOM : Pauline
ÂGE : 18 Ans
DÉCRIS-TOI EN QUELQUES LIGNES : Humm... Obligé ?
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? Une amie
UN DERNIER MOT? J'adoooooooooore la CB Miam !
AVATAR : Jared Leto







your story
« Je suis né. Nous sommes nés en l’an de grâce 629. Un vingt-six décembre. Un mercredi. Je suis le cadet de nous deux. Car oui. J’ai un jumeau. Et en tant que cadet, mère me disais toujours de me taire et de rester le plus loin possible de mon père. Mais même quand je l’écoutais, que je respectais chacun de ces ordres, mon père, ce bâtard sans cœur ni âme s’acharner sur moi. Je passais souvent après les engueulades de Stefano.
Je le regardais, je devais le regardais. Ordre de mon père. Je devais prendre exemple. Notre éducation était exemplaire et nous ne pouvions nous relâcher. Aucun amusement. Mais même avec une éducation excellente, les défauts se montrent. J’admirais Stefano. Après tout, il était le seul de nous deux à pouvoir tenir tête à l’énormité qui se juger être notre père. Stefano était le seul à me comprendre, à me rassurer. Un être peut-être pas parfait aux yeux des autres, mais au miens il l’était. Quand j’avais peur, il me rassurer, qu’on je me blesser il me soigner, quand je voulais parlais il était là, à chaque fois il était là. Qui ne peut pas rêver d’un frère comme ça ?
J’étais au côté de ma mère, tenant le fauteuil ou elle était assise. J’avais peur de la suite des évènements. Père allé encore me battre. Car je suis le bouc émissaire. Je supporte la douleur. Celle que ce démon m’a tant infligée. Cette homme n’aimais aucun de nous deux.
J’avalais ma salive, redressant la tête quand cette phrase atteint mon cerveau. Stefano savait comment faire mal uniquement qu’avec les mots. Je me disais qu’au fond de moi, je le craignais, comme mon père. Mais lui, était un ange de toute sa splendeur magistrale. Moi, je n’étais que son reflet n’osant rien faire. J’étais faible. Presque lâche. Mère pleurait. Je n’osais pas bouger. Je voulais pourtant lui essuyait ces larmes, mais si je le faisais, je révèlerais son impuissance. Sa tristesse.
J’avais bien trop peur pour aider mon frère. Je savais qu’il partirait. Et lorsqu’il atteignit le grand escalier de la pièce, des frissons me parcouru. Mon père changea son regard de personne. Jura. Il marcha vers moi, me pris par le col, et commença. Ma sentence pour l’insolence de mon frère avait commencer. Je hurlais à plein poumon. Ma mère baissa la tête. Mon père lui hurla de regarder ce qu’elle avait fait naître. Il hurla, ma mère redressa la tête, obéissant à mon père, me regardant me faire battre.
Lorsqu’il en eu assez de moi, j’étais à terre, couvert de blessure, la lèvre inférieur en sang. Il me fit dos.
    - Tu peux y aller Azzio…
    - Me… merci père…

Je répondis simplement, me redressa et monta en haut. Je tremblais. J’avais peur. Impuissant. Je passai le pas de ma chambre, ferma. Et m’effondra. Je n’osais même pas pleurais. Je me déshabillai et alla me coucher. Je tremblais.
Stefano resta dans sa chambre un moment. Moi, je ne réussis pas à m’endormir. Nous étions des jumeaux. Ce que je ressentais, ma douleur, il la ressentait, mais lui, contrairement à moi, je pensais qu’il l’ignorait.
Il entra dans ma chambre, se coucha à côté de moi et m’enlaça dans ses bras. Son contact froid me fit frissonner et raviva en quelques instants mes plaies. Il m’embrassa dans le coup, me chuchota quelque mots, et nous nous endormîmes. Au matin, Stefano était repartis dans sa chambre, et une nouvelle journée recommença.
Les années passèrent. J’étais toujours aussi faible, mais une chose avait changé, je n’étais plus faible. En lui émanait une force, discrète. J’étais intelligent. J’utilisais cette intelligence. Très jeune nous avions appris diverses choses que seules des enfants de riches familles pouvait se permettre d’apprendre. J’écrivais plus que de raison. Je cachais mes journaux aux vu de tous. Un coffre caché quelque part dans notre Florence. Je ne voulais pas que quelqu’un a part moi ne lisent les feuilles de mes journaux. C’était ainsi.
Nos dix-huit ans arrivèrent. Je n’avais jamais été aussi proche de mon frère que ses dix dernières années. Nous avions fait les quatre cents coups ensemble.
Un soir ou nous étions rentré, presque ivre d’une petite fête près des quais, Stefano me plaque contre un mur, me caressa l’une de mes joues, m’embrassa dans le cou. Me regarda. Nous yeux étais bleu gris. Son regard pénétra le mien. Bien que ivre, il me regardait comme s’il me voulait. Lui avait certainement déjà couché avec d’autres hommes, moi non. Et bien que je me montre faible, j’avais de nombreuses conquêtes à mon actif. J’en parlais souvent avec mon frère. Il fourra son visage dans mon cou. Puis me lécha du bout de sa langue jusqu’à mon menton. Il s’arrêta, me regarda et m’embrassa. Ses lèvres touchèrent les miennes. Un bras autour de ma taille l’autre posé dans mon cou. Il me tenait, fortement, mais de lui émanait une douceur tel que j’étais rassurer. Il m’embrassait fougueusement. Je posais mes bras sur ces épaules, liant mes mains, lui répondant. Il remonta une de ces jambes vers mon entrejambe. J’avais chaud, lui aussi, pourtant il était tellement calme. Comme un orage avant qui n’éclate. Il m’embrassa dans le cou, un simple baiser, me souris, me pris la main et me tira vers la bâtisse ou nous vivions. On monta jusqu’à sa chambre. Son sourire trop pervers à mon goût, révéla ses dessous quand il ferma la porte de sa chambre à clé. Il se tenait contre la porte, me regardait de haut en bas. Il sourit, à nouveau. Je n’avais pas peur. J’attendais. Je le regardais. Le regard joueur. Il vint à moi presque trop rapidement. Nous nous déshabillâmes rapidement. Ce n’était pas sensuel, c’était violent, remplis de passion. Il m’embrassa, me mordilla. Nous sommes en caleçon. Une douce chaleur envahit mon bas ventre. Il me poussa doucement, je tombais sur le lit. Ces mains me caressèrent le torse. Stefano était entreprenant. Il me dominé de toute part.
J’avais peur. Pourquoi ? Je ne devrais pas. J’avais honte.
Je me redressai, l’observa. Je stoppais ce qu’il voulait faire. Il me regarda et ce mit sur moi, ses mains me tenant mes poignet.

    - Chut… chut. Tu ne risques rien…
    - Je… je ne veux pas le faire Stefano… s’il te plaît…
    - Ton corps m’a déjà dit oui. Ne t’inquiète pas…


Il m’embrassa le cou. Embrassa mes lèvres. Oui, il avait raison, mon corps ne voulait que ça. Ma peur s’envola. Je l’embrassais, ramenant mes bras autour de son. Je repris un peu de chemin, et le tourna, venant à présent a mon tour au-dessus de lui. Et comme lui, je commençais à le caresser. Je fis des choses que je ne voyais pas faire avec un homme, et que pourtant je faisais bien avec une femme. Ma langue parcourra son cou, tes pectoraux, ses tétons. Mes mains parcouraient son corps. Il reprit le dessus. M’embrassais et descendis une de ses mains plus bas.
En l’espace de quelques heures nous couchâmes ensemble. Au début, nous étions assez discret, de simple regards durant les repas, montrait que nous allions faire quelques choses d’entreprenant après celui-ci.
Les années passèrent. Et puis au petit matin, mère, en larme arriva dans ma chambre. Effondrait, elle vint chercher quiétude dans mes bras, me tendant :

    - Ton frère est partie… Stefano n’est plus là !
    - QUOI ?


Elle pleura de plus belle. Je pris la lettre et lus les quelques brèves lignes de mon frère. Mes larmes se montrèrent, descendant sur mon visage. Je pleurai un moment, ma mère dans les bras.
Depuis son départ. Le jour de nos vingt-trois ans, je regardais le ciel, la nuit, guettant les étoiles, la lune m’accompagnant dans ma taches.
Un an. Tout cela dura un an avant que je ne le revois. Je marchais, ivre. Observant la nuit et pleurant toutes les larmes de mon corps. Mon frère partie, je n’étais rien. J’avais peur. Seul. J’entrais dans une ruelle, tombait, pleurer, me releva, marcha quelques mètres et m’adossa à un mur, tout en tenant ma bouteille d’alcool, je tombais lentement pour m’asseoir. Mes yeux humides, la lune éclairant Florence et ses rues. Une faible lueur m’atteignait.
Nous étions en l’an 652. Je m’endormis dans cette ruelle et me réveillais étrangement dans une chambre que je ne connaissais pas. Il devait être deux heures du matin. Je n’étais pas à la maison. J’étais torse nu, j’avais encore le bas de mes vêtements. Mon torse révélé mes cicatrices, longues, grandes, parfois petites et étrangement imperceptible.
J’entendis un soupir. Je me relevai. Observais autour de moi. Les fenêtres étaient ouvertes et donné sur le ciel encore étoilé, la lune éclairant la chambre. Dans un coin d’ombre, je ne distinguais pas très bien, pourtant je voyais tout de même une silhouette. Celle d’un homme. Le vent s’engouffra dans la chambre, faisant virevoltais les rideaux. En l’espace de quelques secondes, je découvrais le visage d’un homme que j’étais le seul à connaître mieux que quiconque.
Je me levais. Je ne disais pas de mot. Je descendis du lit, m’avançant vers ce que je reconnaissais être mon frère. J’étais troublé. Les larmes perlèrent mon visage, je posais une main sur son visage, comme pour me prouver que tout cela n’était pas une illusion.
Je caressais son visage quand il m’attrapa mon poignet. Il me regardait de toute sa splendeur. Il mit mon bras sur son épaule, m’obligeant alors à reculer. S’en suivis une sauterie digne de nous. Et alors que je crus que tout cela était terminer. Il me regarda, dans les yeux. Il se mit sur moi. Je vu des larmes, non pas des larmes comme vous et moi avons, mais des larmes de sang. Ses lèvres bougèrent, il me regardait comme s’il allait commettre un meurtre. Il m’agrippait l’épaule, tenant de l’autre main mes cheveux et mordit de toute beauté dans mon cou, blanc, nu de toute cicatrice.
Il me prit chaque goutte de mon sang. Mon cœur n’en avais tellement plus qu’il commençait petit à petit à s’arrêter. Il se retira, mettant sa tête en arrière, ramenant sa main droite sur mon torse, grognant de bonheur. Il lécha ses lèvres et me regarda. J’avais les yeux ouverts, prêt à mourir. Il me regarda de ses yeux noirs, emplit d’une force que je ne lui connaissais pas. En quelque instant il me redressa, se mit derrière moi. Il mordit son poignée et me le mis sur mes lèvres. Dans le creux de l’oreille, il me disait de boire, que je resterais à ses côtés toute ma vie. Je bus. Une, deux gorgées, il m’appuya encore un peu son poignée. J’y mis les dents, prenant au goût de son sang. Je tombais dans ses bras, repût de son sang.
Je ne me souviens pas de grande chose après ça. Juste que je me suis réveiller à côté de lui, la nuit suivante, dans un trou creuser dans la terre. J’avais terriblement mal à la gorge. Elle me brûlait d’ailleurs. J’essayais de respirer. Il me fallait attendre un peu pour comprendre ce que j’étais devenu. Je me levai, et Stefano ne tarda pas. Il me demandait si ça allait. Je reculai. J’avais peur de lui. Pourquoi m’avait-il transformait en cette créature ? Des larmes de sang coulèrent sur mon visage. Je reculais encore. Une première personne arriva, une deuxième et en quelque instant, tout autour de nous il y avait un groupe de vampire. L’un d’eux se montra plus dominant que les autres et demanda explication à mon frère. Je ne savais pas où me placer. J’observais mon frère. Il arriva près de moi, me prenant dans ses bras. Nous partîmes, loin. Une seule année avait suffi à mon frère pour devenir l’être sublime. Nous rejoignîmes son sire.
Les années passèrent. Les meurtres, la frénésie du sang, la folie, tout était réunis pour que nous soyons de véritable vampires assoiffé de sang. Chaque secondes nous jouions avec les vies d’autrui. Mais je me lassai. Vite. Après mille ans d’existence à courir après les petits innocents d’un village, je m’ennuyais. Je refusais de me nourrir. Et puis, je le quittai. Un soir d’été, je pris ce qu’il me restait d’affaires. Nous étions en mille sept cent cinquante et un. Nous avions tous les deux mille cents vingt-deux ans. Je partis à la découverte de ce monde, en solitaire. Je n’avais plus peur.
Nombre de fois où je croisai mon frère ou il me poussait à redevenir ce que j’étais. Je me nourrissais d’animaux. Les seules vies que je prenais. Je redevenais se lâche, et devenais encore plus faible qu’autrefois. J’étais désespérant.
J’ai cessé de le voir vers la fin du XVIIIème siècle. Comme si il était lassait, lui aussi, de venir me voir, et de me pousser à bout pour que je reprenne le flambeau du sang et du massacre.
Je suis arrivé aux USA vers le milieu du XIXème siècle en me disant que je trouvais peut être la paix. Mais beaucoup de personne on trouvait ma venues dérangeante. A l’époque, les étrangers de l’autre continent n’étaient pas apprécier.
Je suis partie, passant dans certaines villes justes pour me permettre de lire le journal, écrire et me laver. Sans compter les achats voir même les vols pour ma personne. Je fis cela sur tout le territoire américain. Partant de Washington et allant jusqu’à la côte ouest, remontant au Canada et parcourant les forêts dans mes quêtes de sang animal. Et puis je rejoignais Toranto. Le XXème siècle arrivé. Quand le siècle passa, je me sentais seule. L’envie de retrouver mon frère me fit monter une pointe au cœur.
Mais les années passèrent vite, la première guerre mondiale arriva, la seconde montra son nez. Je partis en tant qu’américain pour combattre et peut être retrouvé mon frère. Mais il n’en fut pas. Sur les champs de batailles je commençais à rechuter, à boire le sang de l’ennemi comme celui de me allier. Je finis pratiquement déserteur et mon nom fut graver sur une tablette dans un cimetière anglais et américain. Parfois, je m’y rendais, souriais et me rappelais du bon vieux temps.
Je suis revenu vivre à Washington. Parcourant à nouveau les paysages des États Unis. Mon frère me manquait et je ne pouvais savoir s’il était encore vivant.
Quand la révélation à eu lieu, que le True Blood ne manqua pas d’attiser mon attention, je me réfugiai dans les forêts. Mais j’affrontais mes peurs, ressorties de mes sombres endroits et trouva un moment pour refaire sortir l’homme que j’étais. Bien coiffée, une tenue suivante les modes d’à présent, le regard calme.
J’entrais dans cette barre. Je m’assis au bar et demanda une bouteille de True Blood. Tout le monde me regardait. Je sentais la peur dans certain, la colère dans d’autre. Même le shérif de cette petite bourgade eue peur de moi. Je payais, bu, et me dis que ça ne serais jamais aussi bon que le sang humain, mais c’était déjà bien mieux que celui d’animaux.
Je payais ma bouteille, souriais et remercia la barmaid. Je sortis du bar et partis vers d’autre contré. La Louisiane me semblait un bel endroit. Ces dernières années, je dessinais beaucoup. C’est ainsi que je commençais à tâtais du dermographe en trouvant refuge chez un autre vampire. Lui aussi végétariens depuis pas mal d’années.
Mon apprentissage du tatouage me fit parcourir à nouveau les méandres du monde. A présent que je venais de m’installer à Shreveport, l’envie de retrouver mon frère s’en étais presque en aller... Même si, j’exerce le métier de tatoueur secrètement. Je tatoue seulement dans mon loft. De plus, il y a quelque temps, quelqu’un tourne autour de Shreveport, un vampire… Qui peut-il bien être ?



Dernière édition par Azzio F. Di Renzo le Dim 22 Juil - 7:34, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 0:23

Bro' ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 0:27

Frérooooot ♥♥

EDIT : 7h31 ! J'ai finis =)
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor E. Stackhouse

avatar

« I'm a Fairy ? How fucking lame ! »

à propos

MESSAGES : 262
ARGENT : 1600
AVATAR : Anna Paquin
CRÉDITS : Shake.

ÂGE : 26 piges
HUMEUR : Great :)
STATUT : Célibataire

BAD THINGS
Espèce: Fée
Expérience/Puissance:
20/200  (20/200)
Liens & Relations:

MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 12:49

Même pas le temps de te souhaiter la bienvenue que la fiche est déjà terminée xD Ca c'est de l'efficacité ^^


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 13:05

Huu personne t'as vu passer toi ><
Bienvenue quand même :stache:
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 13:14

Et ouais ! C'est ça d'avoir la classe xD
Je suis une flèche, d'habitude sa aurait été mon frère le premier...
Euh, dite ? Du coup pour la puissance?
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor E. Stackhouse

avatar

« I'm a Fairy ? How fucking lame ! »

à propos

MESSAGES : 262
ARGENT : 1600
AVATAR : Anna Paquin
CRÉDITS : Shake.

ÂGE : 26 piges
HUMEUR : Great :)
STATUT : Célibataire

BAD THINGS
Espèce: Fée
Expérience/Puissance:
20/200  (20/200)
Liens & Relations:

MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 13:32

C'est 195/200, je me suis gourée, faut que je modifie ça xD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 13:40

Ok ^^ Merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 17:37

Tu m'as devancé xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Invité

à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   Dim 22 Juil - 19:29

Pour une fois !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





à propos


MessageSujet: Re: Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish   

Revenir en haut Aller en bas
 

Azzio F. Di Renzo ♣ Vous allez m'aimer, on aime tous les rebelles ! Finish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Mars] Vous allez être punis, n''est-ce pas ? [PV]
» vous allez devoir vous passer de moi quelques temps :p
» Vous allez me manquer ♥
» Vous allez être grand-mère
» Moi folle dangereuse ? Arrêter vous allez me faire rougir ~ Harley/Harleen link's
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD AND FANGS + 30 ans après True Blood :: 
 :: ..with you :) (scénarii) :: validés
-